Laura : « Vive l’Écosse !! »


Laura Marchais est partie  en  séjour Erasmus à Stirling en Écosse au deuxième semestre de sa L3 LLCER Anglais.

Le départ :

Je me suis renseignée à l’avance avant même de commencer la procédure de candidature. Je me renseigné sur les cours proposés, comment y aller, et le coût de la vie là-bas avant de faire mon choix.

Au début de mes recherches je voulais prendre un appartement avec un autre étudiant qui partait lui aussi à Stirling, mais ils étaient tous déjà pris pour le deuxième semestre. Notre deuxième option était de prendre une chambre universitaire. On était logé à « Willow Court », c’était un appartement de 7 ou 8 personnes. On a réservé en ligne et on a récupéré les clés quand on est arrivé.

Mon arrivée :

Je suis partie de Limoges pour prendre l’avion à Toulouse. Je connaissais déjà des écossaises, avec qui je suis restée en contact après un programme d’échange du lycée. L’une d’entre-elles est venue me chercher à l’aéroport avec sa mère et m’ont amenée directement à l’université. Elles m’ont aidé à m’installer dans ma chambre et m’ont amenée faire des courses.

La première chose que j’ai remarquée c’est qu’il y avait beaucoup de vent, qu’il faisait froid et la nuit tombait très tôt. Mais les gens étaient très accueillants. En fin d’après-midi j’ai rencontré tous mes autres colocataires, ils étaient sympathiques.

Vie quotidienne :

Je n’avais pas cours tous les jours car je ne suivais seulement trois matières : civilisation écossaise, traduction et littérature. Mes heures de cours étaient éparpillées sur la semaine, j’avais une heure par ci une heure par-là. Les cours étaient différents là-bas, les TD étaient des temps de discussion et les CM des temps d’écoute. Les professeurs nous envoyaient les diaporamas des cours à l’avance par internet ainsi que les enregistrements des cours. C’était bien organisé. Les cours demandaient beaucoup de travail à la maison, il fallait beaucoup lire toutes les semaines pour préparer les TD. La plupart des évaluations sont des « essays » à faire chez soi.

Le système de notation est aussi différent, il est techniquement sur 100, la moyenne est de 40, mais on dépasse rarement les 70.

Durant mon séjour, j’ai été contacté par le département de français de l’université, me demandant si je voulais donner des cours de français à deux classes de première année. Ça m’a aidé à me rendre compte que l’enseignement me plaisait et à être moins timide.

Autres activités :

Tous les jours, j’allais marcher sur le campus car c’est un campus naturel avec un lac etc… J’allais faire les courses et j’allais aux cours de boxe au gymnase du campus (organisé par les étudiants). Les weekends, je profitais pour visiter, j’ai été à Edimbourg, d’autres petites villes et Glasgow. Je passais beaucoup de temps avec mes colocataires. Pendant les vacances et longs weekends je visitais le Royaume-Uni : je suis descendue à Londres quelques jours avec mon colocataire et ses amis, je suis aussi partie 5 jours à Dublin voir une amie qui était elle aussi en Erasmus.

Je ne garde que de très bons souvenirs de mon séjour, je me souviendrai toujours à quel point les gens sont à l’écoute. Dans un bar, resto etc.… il n’y a personne qui ne soit pas accueillant.

L’avantage avec le campus est qu’il y a déjà tout, c’est une mini ville. Il y a un resto, un bar, une librairie, une petite supérette et de quoi faire du sport (piscine, gymnase). Pas vraiment besoin de se déplacer au centre-ville (les transports en commun n’étant pas top).

Projets liés à cette mobilité :

Je voulais peut-être devenir professeur, donc je pensais que c’était important d’avoir un petit peu de culture et d’avoir vécu dans un pays anglophone pour pouvoir transmettre sa langue et sa culture. J’avais aussi pensé à prendre comme sujet de recherche Mary Stewart. C’est pour ça que l’Écosse était parfait, cela m’a permis de faire plus de recherches. Mais au dernier moment, j’ai changé d’avis pour un sujet de civilisation américaine.

Dès que je suis rentrée de ma mobilité je voulais directement repartir.

Justement, à la rentrée prochaine j’ai été sélectionnée pour être lectrice à l’université de Durham. Je voulais refaire un Erasmus, mais je n’avais pas les moyens, le lectorat me permettait de m’auto-financer et de continuer mon projet de travailler dans l’enseignement. J’ai donc postulé pour deux universités en partenariat avec la fac des lettres : Portsmouth et Durham. C’est Durham qui m’a contactée en premier. Durant l’entretien je me suis sentie à l’aise. Ils m’ont contactée une heure après en me disant la bonne nouvelle : j’étais prise. J’ai pris une nuit pour y réfléchir et le lendemain j’ai accepté.

Conseils :

Économiser ! Même si la nourriture n’est pas chère, tout ce qui touche au logement les prix sont assez élevés. J’ai payé 3000 £ pour 5 mois. De plus, si on n’est pas boursier à la base, la bourse Erasmus va apporter une petite aide, mais pour la vie de tous les jours elle ne va pas vraiment nous aider, d’autant plus qu’on ne la reçoit pas tous les mois.

Bien se renseigner à l’avance sur la ville : les moyens de transports et les activités à faire.

Ça peut être intéressant aussi de rencontrer des étudiants qui sont déjà partis en mobilité dans le pays où vous allez, cela permettrait de ne pas partir en terrain inconnu et de connaître déjà des personnes qui pourront aider à son intégration (pour cela vous pouvez contacter le bureau des relations internationales de la fac des lettres).

Il faut joindre des clubs, cela permet de rencontrer des personnes anglophones et non pas seulement rester avec des Erasmus ! Ne pas hésiter à parler aux voisins !

Les tarifs des bus sont assez élevés même s’il y a des réductions pour les étudiants (à condition d’avoir la carte). Cependant les trains sont supers, ils ne sont pas cher et il y a des tarifs aller-retour et de groupe. Un aller-retour Stirling-Edimbourg était à moins de 10£.